Almakan

L'art fantastique

L’univers de l’artiste

Generique Almakan

Conception personnelle du Réalisme Fantastique… ou profession de foi

Le fantastique est riche en possibilités…

Mais ce n’est pas, comme les surréalistes, du côté du sommeil et de l’infra-conscience que je vais chercher. C’est à l’autre extrémité : du côté de l’ultra-conscience et de la veille supérieure.

Le réalisme fantastique ne relève en rien du goût pour l’insolite, l’exotisme intellectuel, le baroque, le pittoresque.

Je ne cherche pas le dépaysement. Je ne prospecte pas les lointains faubourgs de la réalité ; je tente au contraire de l’installer au centre. Je pense que c’est au cœur même de cette réalité que l’Intelligence, pour peu qu’elle soit suractivée, découvre le fantastique. Un fantastique qui n’invite pas à l’évasion, mais bien plutôt à une profonde adhésion.

C’est peut-être par manque d’imagination que des littérateurs ou artistes, vont chercher le fantastique hors de la réalité, dans des nuées fantasmagoriques ! Ils n’en ramènent finalement qu’un produit dérivé… Le fantastique, comme les autres matières précieuses, doit être arraché aux entrailles de la terre, du réel. Et l’imagination véritable est tout autre chose qu’une fuite vers l’irréel.

On définit souvent le fantastique comme une violation des lois naturelles, comme l’apparition de l’impossible, mais pour moi, ce n’est pas cela du tout. J’y vois au contraire, des futurs possibles, car le fantastique est une manifestation des lois naturelles, un effet du contact avec la réalité quand celle-ci est perçue directement et non pas filtrée par le voile du sommeil intellectuel, par les habitudes, les préjugés, le conformisme.

La science moderne nous apprend que derrière le visible simple, il y a toujours de l’invisible compliqué… Une table, une chaise, le ciel étoilé sont en réalité radicalement différents de l’idée que nous nous en faisons : systèmes de rotation, énergies en suspens, etc.

Question de regard… à condition, encore une fois, de ne pas s’arrêter à l’objet.

C’est en ce sens que Valéry disait que, dans la connaissance moderne, « le merveilleux et le positif ont contracté une étonnante alliance… »

Je ne fais pas de philosophie-fiction mais du réalisme fantastique, car je suis sceptique sur beaucoup de points où les esprits qui passent pour « raisonnables » le sont de moins en moins. Je ne cherche pas à orienter l’attention vers l’occultisme ou quelques interprétations délirantes. Je ne crois qu’à l’Intelligence. Je pense que son pouvoir est illimité quand elle se développe tout entière, comme un chêne en pleine terre, au lieu d’être rabougrie comme dans un pot de fleurs ! Alors je m’attèle à la création expérimentale de quelques réactions en chaîne…

Tout est possible. Rien n’est joué. Nous pouvons avoir, être ou faire tout ce que nous voulons. Pour changer la réalité, il faut d’abord changer notre regard. Les chemins du réalisme fantastique ne ressemblent pas aux chemins ordinaires de la connaissance.

L’effet fantastique se trouve là où les convictions les plus nettes commencent à vaciller, où s’insinue le doute que la réalité n’est peut-être pas aussi stable et rassurante qu’on le pensait…

 « C’est une description aussi fidèle que cela est possible de l’inconnu et de l’invisible, donc tout ce qui échappe à notre raisonnement et à notre regard et qui demeurera à jamais un mystère logé dans la partie obscure de notre âme et de notre être. L’art fantastique est le fruit d’une étrange alchimie issue de la personnalité complexe du créateur et du monde qui l’entoure. C’est un art spécifique qui se manifeste indépendamment de tous les courants artistiques. Il traverse l’histoire de l’art d’une façon exclusive et verticale, au contraire d’autres mouvements artistiques qui traversent les siècles d’une manière linéaire, drainant derrière eux une multitude d’écoles, imitations et théories plus ou moins fragiles. La créativité du fantastique s’amplifie à des moments imprévisibles de l’histoire, présentant sans doute les événements importants ou graves du futur. C’est un art qui résume les innombrables visions dispersées et, comme un gigantesque miroir concave, il réunit les émotions et les inquiétudes et les projette en un faisceau lumineux et concentré. » (W. SIUDMAK, artiste peintre)

En savoir plus sur l’Art Fantastique

 


Almakan, clip des œuvres Almakan en vidéo
Almakan, clip des œuvres
Almakan en vidéo
Almakan |
©2013